Deutsch | English | Français | Pусский | Portuguese

Enfants des rues à Saint-Pétersbourg

À l'époque soviétique, il n'y avait pratiquement pas d'enfants de la rue. La mendicité était interdite et on la considérait comme une infraction criminelle pour laquelle on allait en prison. Bien que la Perestroïka et la Glasnost conduisirent, depuis 1986, à une démocratisation, dans le même temps l'Etat et le pays sombrèrent dans une énorme crise économique. La nourriture fut rationnée et le paysage urbain a été de plus en plus marqué par la mendicité et les sans-abris. Soudainement, il y a eu des enfants qui durent vivre dans la rue parce que personne ne se souciait d'eux ou parce que leurs parents n'arrivaient plus à faire face à la nouvelle situation.

Ce n'est qu'en 1991, avec la dépénalisation de l'itinérance, qu'une réponse officielle à la question a été possible et qu'un certain nombre d'organisations d'entraide virent le jour,    à l'instar du cirque Upsala.

Aujourd'hui, on estime que près de 16.000 enfants vivent dans la rue à Saint-Pétersbourg. Des statistiques précises sur le sujet font défaut, car il est difficile de les recenser. De plus en plus, les soi-disant «orphelins sociaux», les jeunes qui la plupart du temps n'ont pas un parent logeant à la maison, diffèrent à peine de l'extérieur des enfants «normaux». Ils bénéficient de l'aide des ONG, qui leur fournissent de la nourriture et des vêtements, et passent le plus clair de leur temps dans la rue, où ils créent des liens et  courent ainsi le risque de tomber dans la délinquance.

«Pendant quelque temps, j'ai demandé aux enfants qui sont venus vers nous au centre d'accueil ,« Pourquoi vivez-vous dans la rue et pas chez vos parents ? « Je pensais qu'ils allaient dire qu'à la maison la vie était insupportable et qu'ils étaient battus. Mais presque tous ont répondu: «Parce que c'est excitant de vivre dans la rue». Cela m'a choqué ! »
Aleksej, HAF, Aide aux enfants des rues, Saint-Pétersbourg